Rajkumar Aubeeluck 2Au cœur d’une polémique suite à un voyage parrainé par Gamma, Raj Aubeeluck, le maire de Beau-Bassin-Rose-Hill, crie au complot. S’il estime n’avoir rien à se reprocher, l’élu travailliste confie néanmoins faire les frais d’un conflit l’opposant à des conseillers issus du défunt Mouvement républicain. Ces derniers, laisse entendre l’entourage du maire, n’auraient pas apprécié des propos qu’il aurait tenus lors du dévoilement du buste de sir Gaëtan Duval fin septembre. Un règlement de compte qui vient entacher son mairat à quelques semaines de son départ.

A l’origine de ce conflit, des déclarations faites par le maire qui visaient l’Attorney General, Rama Valayden, suite à la polémique provoquée par ses propos sur la violence policière à l’encontre des « créoles ». « Lors de mon allocution, j’ai fait comprendre que tout leader doit tenir des propos responsables. Cela n’a pas du tout plus », explique Raj Aubeeluck.

Quelques jours plus tard, il apprenait qu’il pourrait faire l’objet d’une enquête. « Il est clair qu’ils sont partis chercher la petite bête pour tenter de lui nuire », laisse entendre un proche du maire.

A propos de son voyage à Londres et à Paris – où il assistait à l’Assemblée générale de l’Association internationale des maires francophones – Raj Aubeeluck explique avoir effectivement sollicité un parrainage auprès de Gamma à hauteur de Rs 25 000. « Comme le ministère de tutelle avait expliqué qu’il ne financerait pas le voyage, j’ai décidé de me débrouiller tout seul. Le reste de l’argent utilisé pour financer le voyage sort de ma poche », assure le maire de villes sœurs.

Pour solliciter cette aide financière, Raj Aubeeluck explique avoir utilisé une lettre à entête de la municipalité. Il a reçu quelques jours plus tard un chèque du montant désiré, au nom d’une agence de voyage. « J’ai entrepris toutes ces démarches de bonne foi. On me reproche aujourd’hui de n’avoir pas averti le Chief Executive. Si je ne l’ai pas fait, c’est tout simplement parce que je n’en ai pas eu le temps », se défend-il aujourd’hui.

Un « oubli » qui pourrait lui coûter cher. L’Independent Commission against Corruption (ICAC), aurait initié une enquête pour savoir si le maire n’aurait pas enfreint des dispositions du Local Government Act de 2003. « Pour qu’il y ait poursuite, il faudrait que l’enquête détermine s’il y a eu conflit d’intérêt. Si l’enquête démontre que le Local Government Act n’a pas été respecté, le maire aura effectivement à s’expliquer », laisse-t-on entendre au ministère des Administrations régionales.

Du côté de Gamma, l’on fait ressortir que cette aide a été accordée dans le respect des « procédures de la compagnie » et qu’elle ne peut être tenue « responsable d’un éventuel non-respect des procédures municipales internes ».

Suite à cette polémique, nombreux sont les conseillers des villes sœurs à souhaiter que Raj Aubeeluck se retire temporairement de ses fonctions de maire en attendant les conclusions de l’enquête. « C’est ce qu’il y a de mieux à faire. De toute façon, son absence n’affectera pas la municipalité puisqu’il doit de toute façon quitter ses fonctions dans quelques semaines », explique un conseiller travailliste.

Advertisements