air-mauritius-boeing767Narvada Beenessreesing entame un nouveau bras de fer avec la compagnie d’aviation nationale. Estimant que sa réputation a été « ternie », l’ancienne présidente de l’Air Mauritius Cabin Crew Association, réclame Rs 2 millions à son employeur. Une procédure judiciaire qui fait suite à une décision prise par la direction qui ne l’a pas autorisée à embarquer à bord d’un vol.

Les faits remontent au 18 septembre dernier. Alors qu’elle doit embarquer deux jours plus tard sur le vol MK 034, sur lequel voyageait le Premier ministre, Narvada Beenessreesing apprend qu’elle n’aurait pas passé les tests de sécurité. Une explication que la chef de cabine n’aurait pas acceptée et elle aurait cherché à connaître les véritables raisons derrière son interdiction d’embarquer.

« Quand elle a exigé des explications, on lui a fait comprendre que c’est le Premier ministre lui-même qui n’aurait pas voulu qu’elle soit à bord », explique-t-on du côté des employés d’Air Mauritius. Une affirmation démentie par Navin Ramgoolam jeudi. Celui-ci s’est par ailleurs entretenu avec Narvada Beenessreesing au téléphone vendredi.

Insatisfaite des explications reçues par la direction de la compagnie nationale d’aviation, Narvada Beenessreesing loge, mercredi, par l’intermédiaire de son avoué, Me Bucktowonsing, une plainte devant la cour suprême. On peut ainsi y lire que « her sudden and unwarranted removal from the said Flight MK 034 was abusive, tortuous and malicious and was neither based on her performance nor any ‘security screening’ ».

La plaignante estime également que cette décision arbitraire a eu pour effet de la présenter comme une employée représentant une menace pour la sécurité des passagers et comme un individu indigne de confiance. La plainte se poursuit ainsi : « she has thereby been brought into odium and contempt in the eyes of her colleagues and she has thereby suffered grave damage and prejudice which is presently assessed at 2 million rupees and which defendant is bound to make good to the plaintiff ».

Dans un communiqué émis vendredi, la direction d’Air Mauritius souligne pour sa part que la programmation des équipages sur les vols est la prérogative du management et se refuse pour l’instant de commenter davantage cette affaire.

Advertisements