« Mon bon ami Rama Valayden. » Ces mots prononcés plusieurs fois par le Premier ministre lors du dévoilement de la statue de sir Gaëtan Duval au Plaza, cette semaine, confirme qu’il n’a pas l’intention de se séparer de l’Attorney General. En tout cas, pas de sitôt.

rama valaydenNavin Ramgoolam semble tout pardonner à son Attorney General . Alors que tous s’attendaient à ce que Rama Valayden soit sanctionné pour ses « débordements » – il a récemment déclaré que les créoles étaient plus souvent victimes de brutalité policière que d’autres– le Premier ministre l’aurait au contraire « compris » . Une entente cordiale qui n’a pas empêché Navin Ramgoolam de prendre à contre pied son Attorney General . Il a en effet déclaré « que ce n’est pas vrai de dire que les créoles sont davantage victimes de brutalité policière. Les statistiques sont là pour le prouver ».

Comme pour tenter de mettre fin aux rumeurs faisant état d’un refroidissement des relations entre Rama Valayden et lui, le Premier ministre a en effet, lors du dévoilement de la statue de sir Gaëtan Duval au Plaza , à Rose- Hill, plusieurs fois évoqué « ( s) on bon ami Rama Valayden » . Cela même alors que certains prédisaient une éventuelle démission de l’ Attorney General . « Personne n’a été dupe. Ces déclarations appuyées n’avaient évidemment rien de naturel.

On a tous compris que l’objectif était de mettre fin aux rumeurs » , explique un témoin de la scène.

Si certains voient dans l’attitude du Premier ministre une faiblesse, d’autres, au contraire, assurent qu’il s’agit là d’une stratégie mûrement réfléchie. « Ramgoolam, à moins d’un an des élections générales, n’a aucun intérêt à déstabiliser son gouvernement en sanctionnant trop sévèrement Rama Valayden. En ne commentant pas cette affaire, il espère que les choses vont se tasser » , laisse entendre un observateur de la scéne politique.

Mais Rama Valayden pourrait, le moment venu, faire les frais de ses écarts de conduite. D’aucuns, au sein de l’Alliance sociale, affirment que l’ Attorney General pourrait être privé de ticket lors des prochaines élections générales. « Il pourrait au mieux se voir confier un poste d’ambassadeur » , confie un membre de la majorité parlementaire.

« Un atout majeur pour l’Alliance sociale »

Un scénario que ne partage pas la hiérarchie du Parti mauricien social démocrate ( PMSD) qui a tenu à réaffirmer cette semaine son « entière confiance » en Rama Valayden. Lors d’un congrès organisé à Curepipe, le chef de file des bleus, Xavier Duval, a déclaré qu’il était « le meilleur Attorney General que le pays ait connu » . On l’aura compris, le PMSD n’a pas l’intention de lâcher son secrétaire général.

« Valayden est très proche de son électorat et représente par conséquent un atout majeur pour l’Alliance sociale. D’autant que celle- ci entend marcher sur les plates- bandes du MMM dans les villes aux prochaines élections » , confie un cadre du PMSD. Comme à chaque fois qu’il se fait taper sur les doigts, Rama Valayden se réfugie dans le silence, histoire de se faire oublier.

Mais l’ Attorney General ne pourra pas longtemps se réfugier dans son mutisme. Il fera en effet l’objet des premières salves des partis d’opposition à la rentrée parlementaire prévue le 20 octobre prochain. « Il devra à coup sûr rendre des comptes et le Premier ministre aura également à s’expliquer sur le comportement  de son Attorney General », fait-on ressortir au MMM.

Le leader de l’opposition, Paul Bérenger, a lors de sa conférence de presse, hier, déploré le « silence et l’inaction coupable » de Navin Ramgoolam sur les récents propos tenus par l’Attorney General. « Certains, dans l’entourage de Valayden ont également fait des déclarations hautement séditieuses. Il est clair que dans cette affaire, Navin Ramgoolam a démissionné devant ses responsabilités », a déclaré le chef de file du MMM.

Advertisements