Vasant Bunwaree devra remettre à plus tard sa campagne dans la circonscription n°12 (Mahébourg-Plaine-Magnien). L’impatient ministre du Travail, qui peaufinait depuis un certain temps déjà sa posture de candidat aux prochaines élections générales, a été réprimandé par l’état-major du Parti travailliste (PTr). « Les dirigeants lui ont clairement fait comprendre qu’il a encore du travail à faire au sein de son ministère, avant de songer aux élections », confie un cadre travailliste.

L’initiative du député du n°12, si elle prend à contrepied les récentes déclarations de James Burty David – il a déclaré il y a quelques semaines que le PTr n’est « même pas en campagne pré-électorale » – a également déplut à ses deux colistiers, Richard Duval et Yatin Varma. Et ces derniers n’ont pas manqué de le faire savoir. Tout comme d’autres cadres rouges qui ont rappelé que le ministre du Travail « n’a aucune autorité pour lancer de son propre chef une campagne électorale ». On l’aura compris, la campagne en solo de Vasant Bunwaree n’a pas été du goût de tous au sein de l’Alliance sociale.

Dans la circonscription, les activistes proches du député travailliste ont compris qu’il leur fallait rectifier le tir. Alors qu’ils affirmaient il y a quelques jours encore que la réunion organisée récemment visait à motiver les troupes en vue de la campagne électorale, la version est aujourd’hui sensiblement différente.

« Cette réunion a été organisée par des sympathisants et le ministre a simplement évoqué les réalisations faites non seulement par son ministère, mais aussi par l’Alliance sociale depuis 2005 », lâche un activiste proche du ministre du Travail, pas très convaincant.

« Ne pas laisser le champ libre au MMM »

Si Vasant Bunwaree compte se faire plus discret sur le terrain en attendant un « feu vert officiel », ses partisans poursuivent pour leur part la campagne pour le compte de leur député. « Même si nous sommes très confiants, nous devons occuper le terrain pour contrer le MMM », lâche-t-on chez les sympathisants travaillistes.

Il y en a pourtant que la décision du l’Alliance sociale de remettre à plus tard la campagne agace. « Si Bunwaree a accru sa présence sur le terrain depuis environ deux mois, c’est parce que le MMM, qui a déjà débuté sa campagne, y est très présent. Il ne veut pas leur laisser le champ libre », lâche un activiste travailliste de la région. Ce dernier accompagnait jusqu’à tout récemment régulièrement le ministre du Travail dans ses tournées.

Outre l’impatience de Vasant Bunwaree, cet épisode témoigne des relations tendues qui prévalent entre les députés de l’Alliance sociale de la circonscription n°12. On le sait, le ministre du Travail et l’avocat parlementaire Yatin Varma ne s’apprécient guère.

Ce dernier, qui prétendait défendre ses « principes » avait, en 2006, porté plainte contre son colistier dans l’affaire MCB-NPF en réclamant publiquement que celui-ci « step down » de son poste de ministre en attendant que l’enquête soit bouclée. L’impétueux député avait alors été rapidement ramené à l’ordre par la hiérarchie de son parti.

Polémique et hostilité ravivée

On croyait la situation revenue à la normale entre les deux hommes. Mais une polémique survenue au début du mois d’août est venue raviver l’hostilité entre les deux hommes. Ces derniers, laissait-on entendre dans leur entourage, faisaient bande à part sur le terrain, animant des réunions publiques chacun de leur côté. Une version que conteste Yatin Varma : « Je n’avais organisé aucune réunion. J’avais simplement été invité à une causerie organisée par l’ICAC. J’ai appris bien plus tard que Bunwaree tenait une réunion dans la circonscription. Il fait ce qu’il veut. »

Vasant Bunwaree, s’il s’est fait épingler par son parti, n’est pourtant pas le seul à avoir accru sa présence sur le terrain en douce. Mais les autres ont choisi la discrétion et ont préféré envoyer en première ligne leur garde rapprochée. « Ils craignent le fait de laisser penser qu’ils tentent de forcer la main de Navin Ramgoolam », souligne un observateur.

Advertisements